KEEPERS OF TOMORROW


 
AccueilPortailGalerieRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Hellfest 2015

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
HellCat Ze Sith Rouille
Keeper Of The Seven Keys
Keeper Of The Seven Keys


Nombre de messages : 3436
Age : 46
Localisation : Third from the Sun
Date d'inscription : 05/09/2008

MessageSujet: Re: Hellfest 2015   Dim 21 Fév - 19:26

Vendredi 19 juin 2015. C.R. HellFest Part 1/3

Le C.R. du HellFest 2015 a commencé plus tôt que d'hab' ... et au final ... j'ai fait une pause qui a duré, duré, duré, duré, duré ... Sleep zzzzz
Syndrome de la Belle au Bois Dormant ?
Non, juste de moins en moins de temps à consacrer à beaucoup de passions ... La vie, et ses contraintes ...
Désormais, penser, agir, travailler pour ... trois ...
Bon, à cela, rajoutez la dose de procrastination et fainéantise habituelle.

Pour cette édition, j'avais pris le pass dès novembre 2014.
Des rumeurs "habituelles" couraient sur les affiches possibles, et comme c'était la dixième édition, ça y allait bon train concernant les prédictions des Madames Irma à bracelets cloutés.

Une majorité de noms fut mise en ligne au moment même où on obtenait nos passes.
Pour ma part, pas vraiment de groupes "ULTIMES" (Ouep IN FLAMES a hélas quitté ce classement depuis un bail), ceux dans mon top 10 mais par contre, foultitude de groupes que soit je n'avais jamais vu, soit de groupes à revoir :
SCORPIONS, JUDAS PRIEST, FAITH NO MORE, MOTORHEAD, SLASH, ANTHRAX, NIGHTWISH, ARMORED SAINT, EXODUS, DARK TRANQUILLITY, NUCLEAR ASSAULT, CHILDREN OF BODOM, ARCH ENEMY, SATYRICON, AT THE GATES, CANNIBAL CORPSE, SAMAEL, OBITUARY, ENSIFERUM, ALESTORM, MERAUDER, ...

Evidemment, sans le running order, pô facile de planifier, ou de privilégier qui que ce soit.
Quand celui-ci fut disponible, les groupes jamais vus ainsi que ceux incontournables furent prioritaires ... avec bien sûr l'éternel problème des inévitables chevauchements d'horaires : On verra une fois sur place.

Le HellFest approchant, j'envisageais de plus en plus d'innover : Bien qu'habitant à 70 bornes environ de Clisson, le ballet d'aller-retour quotidien, allié à la fatigue, ne penche plus en ma faveur alors, le mode camping retenait mon attention.
Je faisais part de ce projet aux quelques vieux grognards de Metal Papy qui y allaient.
Ils firent mine de s'enthousiasmer de mon arrivée ... Surprised .

Ne pouvant arriver le jeudi soir (taf plus "raisons familiales"), je partais le vendredi matin avec tout mon équipement.
Arrivé sur place, je place ma tente 3" sur le dos, je déploie le diable (bin ouai, c'est le HellFest et le Cornu n'est jamais très loin  Devil ), j'y place le sac avec tout le liquide de refroidissement en pack et bouteilles du cru angevin en 75cl, la bouffe), l'autre sac à roulette suivra de l'autre côté.
Chargé comme un bourricot, je pars vers l'endroit béni.
Le voyage dure ... une minute Shocked : Un bruit à l'arrière et un déséquilibre me font comprendre que ce périple commence mal.
Une des roues du diable s'est barrée warrior . C'te mer** achetée chez Décathlon n'a pas tenu 50 m !
Une des pseudo goupilles s'est barrée, la roue a suivi, et l'axe de celle ci est en partie arraché !
Put*** de bord** de mer**.
Réparation de fortune avec ce que j'ai sous la main ... en priant les Dieux du Metal que cela tienne jusqu'au camping ... quelques kilomètres plus loin.
Tout se passe bien et vite au checkpoint. Là, on a même un pass pucé ... Normal pour un Matou Infernal, adepte de la gratte ... Rolling Eyes

Je contacte un des "vieux Papys" pour me guider dans le camping.
Je vois arriver un chevelu : Olivier "Breizhjoker" et un poil ras : Arnaud "Maiden".
Coup de bol, leur implantation n'est pas trop loin.
Les tentes sont replacées (ils avaient prévu le coup) pour permettre au vieux matou de s'installer. Good
Les présentations se font : Trois gugusses du Metal Papy et le reste, des têtes nouvelles (mais pour certains : quels phénomènes).

Allez, un rapide panoramique des zozios :


Bouffe rapide avec les loulous, quelques bières pour recharger le foie et hop, direction le lieu du crime.

Je sais que j'ai loupé NO RETURN et VULCAIN qui passaient bien tôt le matin, un peu une sale habitude dans la programmation, de faire passer les groupes français (et ceux là ne sont pas des débutants) de bonne heure.
Le cousin m'a fait sa liste d'achats au merchandising officiel.
Une file d'attente énorme à chaque stand : ça promet ... surtout que le temps tourne et le passage d'ARMORED SAINT approche.
90 minutes plus tard Shocked , je sors avec mon paquetage ... Pffffffiou !
Direction Main Stage 1 où tout est en place pour l'arrivée des Ricains.

ARMORED SAINT reste un groupe à part pour moi (et je ne suis pas le seul).
D'eux, je connais leurs anciens titres ""mythiques"" , je possède "Revelation" en CD + CD Video et leur dernier album (qui m'a agréablement surpris).
Ce combo US, à défaut d'avoir écrit des hits qui les auraient faits accéder au haut niveau du Heavy ricain, possède un capital sympathie qui m'a toujours suivi et marqué.
Un groupe à géométrie quasi fixe, des membres tels John Bush et Joey Vera qui ont privilégié cette fidélité au groupe plutôt que d'aller voir du côté de METALLICOUAC lorsque chacun d'eux fut approché.
Et puis, John Bush, j'adore ce type. Son passage chez ANTHRAX m'avait énormément plu.

Le groupe déboule sur "Win Hands Down" tiré du dernier album du même nom. L'incontournable "March of the Saint" titre éponyme de leur premier album, succède puis ça pioche dans quasi tous les albums.
Les anciens titres sont visiblement attendus par les vieux de la vieille de la première heure.
Moi, le vieux quadragénaire, je suis comme un gamin :
Je vois enfin ce groupe et leur réputation n'est pas usurpée.
Ce combo a la Metal attitude, chacun en place, Phil Sandoval et Jeff Duncan se complètent parfaitement. La rythmique orchestrée par Joey Vera et Gonzo Sandoval : LE PIED !
Quant à John Bush : Il est encore meilleur que dans mes plus fous espoirs.
Il a une pêche incroyable, est présent partout, escalade les enceintes ... et purée, il est en VOIX !!! D'ailleurs, il semble plus proche de l'extinction de voix que de la voie d'extinction.  Rolling Eyes

Ce groupe semble être loin du business qui a envahi le Metal : Ils sortent leurs albums quand ils sont prêts, sont honnêtes envers leurs fans.
Pour moi, ça compte.
Le show se conclut sur "Can U Deliver" extrait du premier album.
Les quarante minutes s'achèvent bien (trop) vite et les dix titres sont passés à vitesse grand V.

Direction le stand des dédicaces, histoire de voir de quoi il retourne cette année.
Et là, derrière le zinc, un barbu qui ne passe pas inaperçu : TONTON ZEGUT !!!!!!!!!!!!!!!!! Shocked
Inutile de revenir sur ce que représente ce mec pour tous les Metalleux français de notre génération.
En résumé : respect bravo santé
Que de poils gris venus faire signer des trucs en rapport avec les années Wango Tango et autres.
Du coup, je me mets dans la file d'attente je finis par rencontrer le jovial Zézé.
Sacré Francis, toujours aussi sympa.

Du coup, je reste dans les parages car ARMORED SAINT passera par là dans quelques instants.
J'en profite pour jeter un œil sur la Main Stage 1 où Billy Idol tourne en ce moment.
Je ne suis pas ultra fan du British peroxydé mais sur scène, avec un Steve Stevens toujours aussi efficace : ça dépote.
S'enchaînent "Postcards from the Past", "Dancing With Myself" headbang , "Flesh for Fantasy", "Whiskey and Pills", etc.  et on finit sur "L.A. Woman" des DOORS.

Arrivent pour les dédicaces les cinq Ricains d'ARMORED SAINT, et je tape la discut' un chouya avec John Bush.
Pfffff, trop sympa ce mec, on lui paierait volontiers une tournée pour continuer un peu plus longtemps à tailler une bavette.

Bon, ce n'est pas tout, mais direction la Main Stage 2 où les poètes de SODOM vont venir faire un petit tour.
Depuis plusieurs semaines, ils sont les remplaçants d'ANTHRAX qui a annulé officiellement pour raisons professionnelles : taf sur le prochain album ...  Rolling Eyes  warrior .
J'attendais énormément ce groupe que je n'avais jamais vu ... Bin ouai ... ça ne sera pas encore pour cette fois.  
Faute de Yankees, allons écouter du Germain.
Ce groupe, j'ai suivi sa carrière en pointillés, par périodes. Pas ultra fan, mais pas insensible non plus.
Quarante minute de ""poésie"". Je reconnais quelques titres : "Outbreak of Evil", "Christ Passion", le romantique "Sodomy and Lust", "Agent Orange".
Clairement, ces vétérans ont leurs fans et certains sont inspirés par leur zic : Hein Maya l'abeille !
Ce groupe vaut son pesant de cacahuètes sur scène.
Vraiment un très bon show.

A droite, sur la Main Stage 1, MOTORHEAD se met en place.
Moquez-vous, vilains garnements, mais ce groupe fait partie des combos majeurs que je n'ai jamais vus Embarassed
Là, c'est l'occasion où jamais.
C'est sous un cagnard infernal que le trio anglais entre sur scène.
"Shoot You in Back", "Damage Case", "Stay Clean", "Metropolis", ... : L'album Overkill est bien favorisé dès le départ.
Ensuite, on s'éparpille sur d'autres albums.
Mais hélas, il y a un hic.
Ce MOTORHEAD me laisse une sale impression : Lemmy n'est pas au mieux.
Entre les morceaux, il bavasse avec le public mais c'est quasi incompréhensible. Sinon, c'est Phil Campbell qui s'entretient avec lui, et dialogue avec la foule.
Un solo de gratte plus loin suivi de solo de batterie sur Dr Rock je crois, et là, on revisite les classiques :
"Orgasmatron" (QUEL PIED ce morceau si j'ose dire), "Going To Brazil" (sur 1916), "Aces of Spades" et en rappel "Overkill".
19:35 : Fin du show ... mais que cette heure de concert m'a paru longue.
Il est clair que cette programmation était trop tôt, surtout sous ce soleil ... et Lemmy en a fait les frais, lui qui est loin de l'être ...

Ayant un peu de temps, je rentre au camping, déposer mes achats, casser une graine et croisant quelques gugusses, on échange sur ce qu'on a vu, et ce qu'il reste à voir dans la soirée.
Ayant un peu de temps, je retourne sous les chapiteaux de merchandising, histoire de voir (si je résiste à la tentation).

Puis, soit c'est ALICE COOPER, soit j'attends pour me laisser le temps de choisir entre CHILDREN OF BODOM et MASTODON dont un collègue de taf qui adore le dernier album, n'a eu de cesse de me parler.
Et c'est vrai que ce groupe a attiré mon attention mais je ne connais que leur dernier opus alors qu'ils en ont produit six.
Am, stram, gram,Pic et pic et colégram,Bour et bour et ratatam, Am, stram, gram.
Bon, allez zou : direction le repaire des Finlandais : Bien que je les ai déjà vus deux ou trois fois et que je n'accroche plus vraiment (voire même plus du tout) après leur troisième album.
Je suis curieux de voir le remplaçant de Roope Latvala, le guitariste rythmique qui était présent depuis 2003. Annoncé depuis quelques semaines, ce n'est autre que Antti Warman, le frangin de Janne, le clavier du groupe.
Ca déboule sur "Are You Dead Yet ?" puis "Sixpounder". Les djeuns qui ont pris en marche le train Bodom sont ravis car ça pioche dans le quatrième et le cinquième album. Maintenant, à mon tour de savourer : "Hate Me !" , "Silent Night, Bodom Night", "Everytime I Die". Miam miam !
Ensuite, on repart se balader sur du plus récent dont le titre éponyme de leur dernier album "Halo of Blood". Je reconnais également "Hate Crew Deathroll".  Enfin un retour au premier album : "Lake Bodom" : Perso, j'aurais autant aimé "Something Wild" : Le titre qui m'a fait découvrir et aimer ce groupe.
Les notes de synthé déboulent et annoncent le mythique "Downfall" : Le titre qui me fait frissonner à chaque fois que je l'entends.
Ce départ de batterie  :bave .
Jaska Raatikainen est vraiment quelqu'un d'extraordinaire : Ce mec dégage une puissance et une précision incroyables mais hors de la scène, il reste d'une discrétion légendaire ... bien loin des poseurs  Rolling Eyes  respect
Le set se finit sur deux autres titres.

Allez zou, je passe sous The Temple où SATYRICON ne va pas tarder.
Ces Norvégiens, ça va juste être la troisième fois que j'assiste à leur concert au HellFest.
Eux, ils font partie des groupes que je vais voir à chacun de leur passage.
Je sais que JUDAS PRIEST commencera son show avant la fin du set des Nordiques ... mais tant pis.
Je n'ai jamais été grand fan de leur Black Metal du début mais depuis leur virage, leur orientation vers une sorte de Black 'n Roll : J'adore carrément.
Les Norvégiens débutent leur concert avec "The Rite of Our Cross", issu de l'album Now, Diabolical, mon préféré. "Our World, It Rumbles Tonight" extrait du dernier opus prend la suite puis "Now, Diabolical" retentit. Le refrain est scandé par le public acquis à la cause des sbires de Satyr et Frost.  Tant mieux si on pioche dans cet album et je me doute que d'autres titres incontournables suivront. "Black Crow on a Tombstone" arrive. Un morceau que j'aime bien.
Ensuite, le groupe balaye des titres plus anciens ... donc un peu moins dans mes goûts ... mais bon, il en faut pour tout le monde.
"The Pentagram Burns" retentit : Et hop, un de plus extrait de mon album favori ! oué
Le sombre, très sombre mais cultissime "Mother North" est jeté en pâture aux fauves et ça réagit chez les fans de la période sombre du groupe.
"K.I.N.G."  vient conclure le show de la plus belle des manières : Ce titre est incontournable : Et de quatre pour Now, Diabolical.
Purée, quelle puissance. Un son parfait, tout est maîtrisé, pas un couac.
Un Satyr qui contrôle tout, et ce Frost à la batterie : Toujours une éternelle baffe.
Deux shows, deux batteurs hors norme, dans mon top 10, voire 5

Au pas de course, direction la Main Stage 01 où JUDAS PRIEST a déjà commencé.
Encore un groupe mythique ... que je n'ai jamais vu  Embarassed  : Il faut réparer cet affront.
J'arrive sur la fin de "Halls of Valhalla", extrait du dernier album.
"Turbo Lover" arrive. Un titre que j'aime beaucoup, et même cet album tant décrié : je l'apprécie.
Quel pied de voir ce groupe, dommage de l'avoir loupé avec la formation type : avec KK Downing.
Cependant, son remplaçant est vraiment en place et fait le taf à la perfection.
Retour au dernier album avec le titre éponyme : "Redeemer of Souls". En live, il passe plutôt bien. Et ça me rappelle de réécouter cet opus plus en profondeur.
Ensuite, là, je savoure :
"Beyond the Realms of Death", "Jawbreaker" (j'aurais préféré "The Sentinel" dans mon top 3 du groupe), "Breaking the Law", "Hell Bent for Leather"  :bave  loveit
Purée ! Quel panard !
Le groupe se retire, le public piétine d'impatience.
Les notes de "The Hellion" sonnent et on savoure à l'avance la suite : "Electric Eye"
Tonton Halford est en voix ce soir ... et ça, c'est juste ENORME.
Pour tout fan du groupe, de Heavy en général, ça reste toujours l'éternelle inquiétude car ce mec est mythique.
"You've Got Another Thing Comin' " arrive pour mon plus grand plaisir.
On est dans Screaming for Vengeance et je ne vais pas m'en plaindre.
Et hop, ça s'obscurcit. Le silence s'installe ... Encore en pause, les feignasses ? Devil
Et là, comme attendu par toute la foule, ce qui reste pour moi la plus mythique intro à la batterie : celle de "Painkiller".
Là, je vais pouvoir juger sur pièce la capacité de Rob à monter et tenir les aigües sans que ça vrille les tympans, à estimer Richie Faulkner à restituer les soli de ce morceau démentiel.
Verdict : Bertrand, tu en as pour ton argent : Tout est PARFAIT !
"Living After Midnight " vient conclure le show.

Je retourne au camping, je suis encore sur mon petit nuage.
Ca papote et picole.
Chacun refait sa journée, on compare.
Ici le jeune Drômois Jérémie est sur son nuage : Il a vu son idole : ALICE COOPER.
Là, des vieux grincheux (je tais leur nom Devil ) semblent blasés vis à vis de JUDAS PRIEST bing
L'incontournable Olivier (dit BreizhJoker) me demande : "C'était quoi ton meilleur show ?"
Sans conteste, en réunissant titres joués, son, light, intensité, ... enfin tout quoi : SATYRICON. Lui aussi.
En second, JUDAS PRIEST et ARMORED SAINT.
Arrivent les retardataires, et un débat s'ouvre sur SHINING : Entre ceux qui ont aimés et ceux qui au bout de trois notes sont partis en courant.
Allez hop, direction la tente ...


A suivre ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
peace-love-freedom
Guardian Of Mankind
Guardian Of Mankind


Nombre de messages : 1217
Age : 33
Localisation : Velotte-et-Tatignécourt
Date d'inscription : 09/04/2013

MessageSujet: Re: Hellfest 2015   Dim 21 Fév - 20:43

houhou!! çà valait le coup d'attendre! Good cool cette première journée!! ton arrivée au campement ressemble étrangement à la mienne en 2014...accueillie par les mêmes métal-papouilleux et sous la même tonnelle Wink
rrrraaaaahhhh Judas Priest que j'aurais aimé les voir!!

Tonton Zézé, la classe! Good Good Good hâte de lire la suite!

_________________
Isn't it a wonder
Awake from blood thick dreams
Remove all the stones from our hearts
We must all believe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HellCat Ze Sith Rouille
Keeper Of The Seven Keys
Keeper Of The Seven Keys


Nombre de messages : 3436
Age : 46
Localisation : Third from the Sun
Date d'inscription : 05/09/2008

MessageSujet: Re: Hellfest 2015   Dim 21 Fév - 23:43

Samedi 20 juin 2015. C.R. HellFest Part 2/3


Décidé un peu au dernier moment, c'était l'équipement minimum pour pioncer : Un tapis de sol, un sac de couchage ... et jamais pu remettre la main sur l'oreiller gonflable acheté juste avant alors, on se démerde.
On se pèle, on a du mal à s'endormir avec l'ambiance environnante mais quand la fatigue vous tombe dessus : Mode marmotte "ON".
Je ne me souviens plus trop quand j'ai émergé mais ça devait chatouiller les 10:00.
Du coup, entre ceux qui pioncent encore, ceux déjà levés (partis au supermarché réapprovisionner les stocks), ceux en train de picoler en bouffant et l'inverse ...
Comme je m'en doutais, les discussions s'éternisent, entre les éternels débats, joutes sur le Metal, les expériences passées de concerts, les conseils des découvertes à faire et les anecdotes de certains campeurs : Je vous jure que nos deux Dunkerquois sont gratinés : Toujours border line mais nous, tellement souvent à la limite de se décrocher la mâchoire tellement ils sont totalement barrés.

Dans mon planning, ce début d'après-midi oscillera entre découvertes et merchandising.
J'ai programmé MERAUDER, sur la Warzone, un endroit où je ne vais jamais.
J'avais découvert ce groupe lors du passage de leur clip "Masterkiller" sur M6, il y a  vingt ans.
Du coup, j'avais acheté leur album.
De mémoire, leur show, c'est à 16 heures, j'ai le temps. Et comme quelques Papys veulent voir les BACKYARD BABIES programmés à 16:00, autant faire chemin ensemble.
Et ça papote, ça papote sous la tonnelle.
Bon, zou, direction le champ de bataille avec les Turlurons.
affraid  Purée, la foule au lieu de contrôle.
Heureusement pour moi, il n'est que 15:25, ça devrait le faire.
Maiden (Arnaud) me certifie qu'on ne peut pas rentrer de bouteilles d'eau.
Ah bon, alors pourquoi j'en rentre depuis la 2007, et hier encore ?
Quel zozio, ce Parisien  blblbl
Allez zou, Bébert, un ch'tit regard rapide au running order, histoire de vérifier quand même ses billes.
Et là : MERAUDER : 15:05 - 15-45  affraid
Put***, c'est pas possible d'être aussi c**.
Là, j'vous jure que ça fumait intérieurement !
Du coup, je passe les portiques à ... 15:40.  bing  bing  bing
Et là, on me dit : Tu n'as qu'à aller voir les BACKYARD BABIES.
Naaaaaaaaan, j'veux pô !

M'en fous, j'irai voir ONSLAUGHT, à la même heure, sur la scène de l'Altar.
Des vagues souvenirs de mes débuts dans le Metal, on m'en avait fait écouter, mélangé au milieu de INFERNÄL MÄJESTY et je ne sais plus qui (trou de mémoire à l'instant de la rédaction).
Les Anglais ont leurs vieux fans devant la scène, auxquels se sont mêlés les curieux.
A la sortie de leur dernier album VI, j'y avais jeté une oreille, et ma foi, superbe surprise.
Bon, je n'y étais pas retourné depuis un bon bout de temps, mais comme j'y allais en mode "découverte", l'occasion était idéale.
Un show sans fioriture qui débute avec du vieux matos :
"Let There Be Death", "Killing Peace" sont annoncés, ainsi que "Angels of Death"
 
Je reconnais deux titres tirés de VI
Le génial et furieux "66 Fucking 6" (une tuerie sur album et en live) et  "Children of the Sand" : ça pétarade plutôt bien.
Le show se conclut sur "Onslaught (Power from Hell)"

A la sortie du chapiteau, tonton cagnard est de la partie.
Autant se la jouer petit bras : La journée sera également longue.
Ce samedi, c'est plutôt "découverte" sur une partie de l'après-midi.
Alors, direction les arbres, histoire de se mettre en pause.
J'entends AIRBOURNE qui débute : Purée, ils ont mis le volume à 2000 ou quoi ?
On ne s'entend plus ronfler.
Je ne vous cache pas que je n'aime pas ce groupe. Je ne reviens pô sur les raisons, j'en ai déjà parlé ici et là.
Pendant un instant, je passe en mode " Sleep " et là, au miracle, plus de son indésirable venant de ces kangourous en carton bouilli.
En fait, je ne l'ai appris que plus tard, ce n'est pas moi qui dormait bien, c'est le son qui a carrément coupé sur la Mainstage 1, et ce pendant un bon moment (z'auraient pu faire ça pendant tout leur show ?).
Je m'échappe de la torpeur pour choper des T Shirts repérés ici et là.
J'en profite pour suivre la fin du set des L7. Jamais été fan de ce groupe mais ça se laisse regarder volontiers.

Là, j'attends tonton Slash qui doit débouler sur la Mainstage 1.
A vrai dire, j'ai assez peu suivi sa discographie, juste en mode "dents de scie", grappillant ici et là quelques titres.
Il est évident qu'on va avoir droit à des titres de ses différents projets et sûrement quelques "vieilleries" du bon temps.
Dès le second titre, "Nightrain" retentit :
Lui, je ne m'y attendais pas. Quelque chose me dit qu'on va bouffer du Appetite for Destruction logiquement.  
Perso, je ne connaissais pô ce Myles Kennedy (juste sur quelques titres), mais ce mec est vraiment excellent au post de chanteur et tient la route en live. Il sait communiquer.
Quelques titres de Mr "Haut de Forme" plus tard, "You Could Be Mine" s'annonce.
Ce titre est une tuerie sur scène et me rappelle bien des souvenirs.
Si je dis que tonton Slash assure, ça ne surprendra personne.
Ce mec est limite zéro pointé niveau relationnel avec le public mais question gratte : Pô un pain !
Après tout, je préfère qu'il reste lui-même, le nez dans ses cordes plutôt qu'il se force à simuler un quelconque échange avec la foule.
Ensuite, ça pioche à nouveau dans les deux albums parus avec cette formation. Je ne connais qu'un peu les titres du dernier en date ...  J'ai zappé le précédent.
La Les Paul crache quelques notes qui réveillent le public : "Sweet Child O' Mine"  débute.
Là, Myles Kennedy écrase tout : Sa voix est proche de celle de l'autre tronche de cake d'Axl Rose mais sans le recopier bêtement, et en myles  Very Happy  mille fois plus sympathique.
Du bonheur comme s'il en pleuvait.
Ca retombe un peu avec un titre que je ne reconnais pas puis :
Paaaaafffffffff dans la tronche : "Paradise City".
Contrairement à tous ceux qui ont connu cette chanson à sa sortie, ce morceau n'a pas pris une ride.
Quelle pêche sur scène.
Perso, je trouve que tout fonctionne bien.
Un set bien rodé, une sono à la hauteur, un panachage de titres pas dégueu.
Le show se conclut et votre procrastinateur se dit qu'il devra approfondir le reste de la disco de Mr Slash.

Allez zou, on va se changer les idées (et le répertoire) du côté de Temple où ENSIFERUM va sévir.
J'avais découvert ce groupe début des années 2000, quand je me suis intéressé à NORTHER. Ce groupe avait un zicos en commun. Ce dernier avait quitté les clones de CHILDREN OF BODOM pour rester à plein temps dans ce groupe de Metal Folk Epic etc. etc. avec ces pochettes si caractéristiques du guerrier commises par le génial Kristian Wåhlin (sauf pour le dernier album).
Le combo est attendu de pied ferme par un public qui s'impatiente.
Ca déboule avec deux titres de One Man Army , sorti quelques mois avant.
Ensuite ça pioche dans la discographie, tout en saupoudrant le show d'autres titres du dernier opus en date.
Il est clair que le public est acquis à la cause depuis longtemps.
Tout est parfaitement huilé entre les deux compères au chant et le côté folk, festif fait le reste.
Le bassiste Sami Hinkka est vraiment impressionnant, non seulement de par sa stature et son look mais également de par son implication : Il est à 200%. Ce mec est possédé.
Le spectacle est partout, sur scène bien sûr où ça bouge, permute dans tous les sens tout en assurant le métier mais également dans la foule où les slammers s'en donnent à cœur-joie.

Clair que je ne vois pas l'heure passer mais c'est le moment de gagner la Main Stage 2 où je vais ENFIN voir le groupe tant attendu depuis des années : FAITH NO MORE
Il y a foule pour ZZ TOP qui sévit sur la scène voisine mais le public se regroupe également pour les Californiens.
J'assiste à la fin du show des barbus texans ou Texans barbus. Vraiment sympatoche et ils semblent bien s'amuser, le public apprécie.
Je me place idéalement pour ENFIN assister au concert du groupe que j'attends depuis plus de deux décennies.
Leur reformation, puis la sortie du superbe Sol Invictus avaient ravivé la passion.
Leur nom sur l'affiche avait été un élément déclencheur de l'achat du pass, ni plus ni moins.
Pendant que ZZ Top poursuit son show, on s'affaire sur la Main Stage 2.
Là, j'imagine le "deathiste" ou manowarien, non averti.
De quoi tomber en syncope en voyant une scène de Metal se revêtir de blanc, et se garnir de fleurs de tout côté.
Mais quand on connaît les facéties de Patton & co, rien de bien surprenant.

Le groupe arrive sous les acclamations, tout habillé de blanc.
"Motherfuck", extrait du dernier opus, ouvre le feu.
Tout dans le raffinement ...
Roddy Bottum introduit au clavier "Be aggressive" tiré du superbe Angel Dust.
Patton est dans mon top 10 (5?) des chanteurs de Metal, et ce n'est pas ce soir qu'il va sortir du classement.
La classe (et claque) totale.
Avant d'enchaîner, c'est encore Bottum qui se fend d'une tentative en français avec un accent terrible.
Le génial "Caffeine" continue sur la lancée.
Mike Bordin est vraiment un batteur hors norme. D'une précision incroyable. Ca paraît tellement facile ... et pourtant ...
Son alter ego, Bill Gould n'est pas en reste avec sa basse, martyrisée à souhait.
Le groupe est vraiment carré dans l'interprétation aussi bien des nouveaux titres que des anciens et ça, c'est le bonheur total
Et hop, Mike Patton commence à partir "en sucette", et se met à déconner.
"Evidence" est balancé, titre plus funky, qui ralentit le tempo, repose les cervicales.
Le discret Jon Hudson assure son taf à la gratte. Pas de pitreries, concentré (comme d'hab').
Retentit "Epic" et là BOOOOM, le public explose.
Titre incontournable de leur discographie et de leur show.
Interprété à la perfection, avec un Good à Jon Hudson qui en fait oublier le mythique Jim Martin.
Put..., quel pied ce morceau !!!
"Black Friday " succède, titre plus folk puis "Everything's Ruined".
Patton la récite limite à l'identique de l'album de 1992 : ça calme !
Et le reste du groupe a décidé de conserver ce haut niveau dans la fidélité aux compos d'origines : Respect.
Je suis gâté, mes deux albums préférés The Real Thing et Angel Dust ont les faveurs du public.
Et hop, Bottum et Patton recommencent à déconner en jouant avec leur français appris avec une vache espagnole.
"Midlife Crisis" retentit : Bordelus, ils vont faire tout l'album ? (Je ne m'en plaindrais pô !)
Et là, les micro coupures de son débutent, jusqu'à hacher le titre mais le groupe continue.
Patton s'arrête, pour tester et laisser le public seul sur le refrain.
Bon, malgré les légions d'étrangers, on est en France avec tout ce que ça sous-entend sur notre maîtrise de la langue de Shakespeare ... et des chansons de FAITH NO MORE.
Alors, Patton ne se prive pas de repartir sur leur jeu Heavy Metal Good  or Heavy Merd(al)e bad .
Le groupe fait une digression musicale pour mieux revenir sur le morceau initial.
"The Gentle Art of Making Enemies" déboule. Je l'avais zappé ... Que de souvenirs de King For A Day, Fool For A Lifetime
Le cover "Easy" vient reposer le public ... mais pas le staff technique ni la sécurité quand Patton interpelle ces derniers ... pour descendre dans la fosse ... où il échange son T Shirt avec un Bibendum du service d'ordre.
Après être remonté sur scène, il lance un "it's not quite my size" : On s'en doutait à moitié.
La suite voit alterner les titres du dernier album, entrecoupés d'une autre compo de King For A Day, Fool For A Lifetime (mais pas "Digging The Grave") et de "Ashes To Ashes", seul extrait (heureusement) de Album Of The Year.
Le groupe se retire. Le public en redemande.
Le combo revient, balance encore un titre du dernier album, avant de se lâcher sur "We care A lot", de l'ère pré-Patton.
On conclut le show sur un autre cover.
Au final : c'est un quasi sans faute.
Pas de bol que ces merdouilles de son soient venues entacher le set car le groupe n'est pas venu en touriste.
Une attitude hyper pro dans l'interprétation, un Patton en voix et totale liberté dans ses folies.
Un Bottum qui, à ma grande surprise, n'est pas en reste pour titiller le public et en envoyer plein la tronche à son vocaliste.
Les trois autres ont été plus discrets : logique concernant le batteur et le gratteux connus pour leur retenue, mais un peu surpris que "Pervers Pépère" Gould ne soit pas plus intervenu quand les deux excités se lâchaient.
Niveau morceaux, il m'a juste manqué "Digging The Grave" et "From Out To Nowhere" pour parfaire la setlist.
Enfin bref : LA CLAQUE et LA CLASSE !

Pendant que l'on démonte tout sur cette scène, le feu d'artifice commence pour célébrer la dixième édition.
Et là, ce ne sont pas quatre pétards mouillés qui sont lancés.
Le show pyrotechnique a été confié à un pro ... et ça se voit (et s'entend).
Par décence, je n'ai mis qu'une seule image : La moins pourrie ...
En même temps, sur un écran on se remémore les grands faits d'armes du HellFest, les groupes qui sont passés, les chiffres, ceux qui nous ont quittés.
En général, je ne suis pas fan des feux d'artifice mais là : respect  bravo

Hop, après cet interlude de 30 minutes, direction la Main Stage 1 où les Teutons en éternelle tournée d'adieu vont sévir.
Autant l'avouer, je n'ai jamais vu SCORPIONS live.
Bouououhhhh la honte, oui, je sais !
Alors, je compte sur ce show nocturne pour y remédier.
De leur histoire, je ne veux retenir (et je n'ai pas eu à me forcer) que la période qui s'achève début des 90ies.
La suite, je n'ai quasiment pas suivi et le peu de fois que j'y ai jeté une oreille, ça m'avait conforté dans mes certitudes.
Je me doute bien qu'on va avoir droit à un panachage et dès le départ, ça embraye sur du nouveau avec "Going Out with a Bang " tiré du dernier album (et le seul titre dont je me souvienne vaguement de leur dernier opus ... sans doute parce que placé en premier sur l'album).
Ensuite, ça commence plus à me plaire : D'abord "Make It Real" tiré d' Animal Magnetism puis le titre le plus mythique de ce même album : "The Zoo".
Mais là, c'est le son qui foire encore à la fin du morceau : Amenez-moi la tête du responsable sur une pique !
"Coast To Coast" est jeté en pâture puis c'est un medley qui vient chatouiller nos oreilles.
Là, je suis largué et c'est un griso-bedonnant, voisin de circonstance qui me dit à la fin de cette compilation :
"Ah ouai, ça ce sont des vieux titres, ça m'rajeunit pas tout ça !"
Bin, moi non plus du coup ...
On repart sur quelques titres puis hop :
Sortez les briquets ! Medley acoustique avec entre autre : "Always Somewhere" (Lovedrive) et le célébrissime "Send Me An Angel".
"Wind Of Change" prend le relais : Au moins, ça évite les présentations : il fait mouche et je dois reconnaître qu'exécuté de la sorte, c'est génial.
C'est bien gentil tout ça, mais moi je veux du bon vieux Metal, parce que là, c'est le régime à la guimauve qui prédomine.
"Big City Night" vient me réveiller et le Matou Infernal miaule à tue-tête le refrain.
Je ne me sens pas seul, car mon voisin s'égosille à pleins poumons ... et on est des milliers dans le cas.
Et "Dynamite" vient tout faire ... péter ... bien sûr.
Ah oui, là c'est du bon SCORPIONS, surtout dès qu'on rebalance des titres de Blackout
Puis un autre titre s'enchaîne avant que le groupe se retire.
Et là, arrive le "Show Kottak" ou le "Chaud Kottak" je devrais dire.
Là, ça en fout plein la vue (et les esgourdes) à tout le monde.
Perso, je ne suis vraiment pas fan de ce genre d'exhibition mais bon, faut bien meubler pendant que les autres zicos se refont la cerise.
Là, c'est un spectacle à part entière, et du coup, je me surprends à me marrer devant tant de pitreries du Ricain.
Retour des gugusses et Kottak lance "Crazy World" tiré de l'album du même nom.
Pas le titre le plus bourrin de la soirée mais ça le fait.
Un autre morceau et puis voilà que déboule "Blackout"
Là, je sais que je vais en prendre plein la tronche !
Et hop : Tonton Rudy qui déboule avec sa Flying V customisée : ça va fumer !!!

Et je ne vois pas la chanson passer, entre mes soli d'air guitar et mes backing vocals.
Je regarde sur ma gauche, toujours le même voisin qui désormais se prend pour Klaus Meine ... sous les yeux du fiston qui ne sait plus trop où se mettre.
Gamin : Pas la peine de chercher du regard les secouristes, c'est sans espoir ... et on ne veut pô être soigné.
Le groupe salue le public, ça retombe un instant et hop :
Le son clair et ces arpèges qu'on s'est tous amusés (ou galérés dans mon cas) à faire (ou essayer de faire, toujours dans mon cas ... désespéré) :
"Time, it needs time -  To win back your love again -  I will be there, I will be there" : La plus célèbre guimauve du Metal est là.
Rien à redire, le titre est joué à la perfection, le public participe et ça fout les frissons, tiens.
Là, j'ai débranché mon air guitar, et je laisse le titre passer : Bin ouai, quoi, moi j'suis un vrai dur ! Rolling Eyes
Tonton Klaus lance "Rock You Like A Hurricane"
Comme dernière piqûre de rappel du SCORPIONS, on va être servi !

Rhaaaaaaaaaaaaaaaa, ce titre et "Blackout", on touche à mon St Graal.
Le temps de rebrancher le matos virtuel, et je repars sur scène avec les vieux Croûtons Teutons.
Là, j'assure : Air Guitar, Air Drums, Backing Vocals et martelage du sol : In Transe, le Bébert.
A la fin du show, je tape la discut' avec mon vénérable quinquagénaire : Il est en extase.
Visiblement, on lui aurait rajouté quatre heures de SCORPIONS, qu'il signait de suite.
Il est sur son petit nuage ... et il n'est pas le seul !
Vraiment un show que j'ai adoré.
Je garde toujours ce petit côté affectif pour Matthias Jabs : Toujours hyper carré, précis, discret et sympa.
Le light show est somptueux, l'utilisation des écrans judicieuse et de plus, lors du rappel, on a eu droit à un second feu d'artifice : La classe !

Du coup, je décide de partir avant de me choper MARYLIN MANSION & Co mais pas de bol, j'ai choisi la mauvaise option de sortie, et ça bouchonne sévère.
Alors, je me coltine les premiers morceaux de l'autre gugusse.
Ca me conforte dans mes idées : c'est vraiment pas mon truc, c'est carrément à ch*** !
Je me rapproche des chapiteaux, où VENOM sévit.
Je reste quelques minute à regarder ... et ça me replonge 26 ans en arrière, quand on m'avait montré un show de ces English.
1989 ou 2015 : Je n'accroche toujours pas.

Et là, devant moi, passe un gugusse, casquette vissée sur la tête.
Il ressemble étrangement à un zozio du boulot.
Je l'appelle, il n'entend rien, je le suis, l'appelle encore : Nada.
Du coup, sûr de mes billes, je le double sans mettre le clignotant.
C'est bien Mr Fred, le gars à qui j'avais fait découvrir bon nombre de groupes de Metal en 2000, lors d'un interim dans une usine.
En 2013, les aléas de la vie (de merde) m'ont renvoyé ... dans cette même usine et hop : Recoucou Mr Fred !
Sur la lancée, on tape la discute devant un verre, car il attend ses beaufs, égaillés sur le terrain.
Bon, eux, enfin surtout un (bing ) : ils passent limite leur vie sur la Warzone ... Les pauvres.
Ils arrivent, et ça se chambre entre le mec qui a bons goûts : fan de Heavy-Thrash-Mélodico tout c'qu'on veut et celui qui persiste dans l'erreur : l'indécrottable fan de Hardcore et NU Metal.  Devil
M'enfin, eux regagnent leurs voitures, moi le camping où des zombies sous la tonnelle refont la journée.
Les serial blasés de service râlent après le show de SCORPIONS : Déjà vu, etc. etc.
Pffff, plutôt aller pioncer que d'entendre ça !


A suivre ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
peace-love-freedom
Guardian Of Mankind
Guardian Of Mankind


Nombre de messages : 1217
Age : 33
Localisation : Velotte-et-Tatignécourt
Date d'inscription : 09/04/2013

MessageSujet: Re: Hellfest 2015   Mar 23 Fév - 23:37

Good merci Bertrand pour cette revue de journée! on a l'impression d'y être santé

_________________
Isn't it a wonder
Awake from blood thick dreams
Remove all the stones from our hearts
We must all believe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HellCat Ze Sith Rouille
Keeper Of The Seven Keys
Keeper Of The Seven Keys


Nombre de messages : 3436
Age : 46
Localisation : Third from the Sun
Date d'inscription : 05/09/2008

MessageSujet: Re: Hellfest 2015   Mer 24 Fév - 0:31

Dimanche 21 Juin 2015. C.R. HellFest Part 3/3


La fatigue cumulée aidant, j'ai dormi comme un loir et c'est bien tard que je me lève :
Mon planning est fait. Je sais que cette journée va commencer en face des Main Stages, enfin surtout la 2, et se poursuivra sous les chapiteaux, en alternance entre Altar et Temple.
Concernant la programmation, je n'avais pas de déchirement, tout était supposé s'enchaîner nickel.
Mais BreizhJoker me dit : "Tu devrais aller voir NE OBLIVISCARIS, ça le fait grave !"
Un coup d'œil à au running order : affraid  Aaaah bin non, ça tombe en même temps que DARK TRANQUILLITY.
Et merdum !

La meute part groupée.
Passé le contrôle, ça se sépare.
Je vais faire la route avec Buz et Maiden.
Et là, notre Parisien de service nous dit qu'il ira voir HOLLYWOOD UNDEAD.
Connais pô.
Il rajoute :
"Un jour, on m'a dit : HELLOWEEN, c'est super : J'ai écouté HELLOWEEN, ça le faisait !
Ensuite on m'a dit : Ecoute IRON MAIDEN : J'ai écouté, j'ai aimé.
Plus tard, on m'a dit : Tu devrais écouter METALLICA. J'y ai jeté une oreille et c'était excellent.
On m'a dit : Essaye HOLLYWOOD UNDEAD, alors je vais allez voir ce que c'est."

DARK TRANQUILLITY arrive.
Je ne compte plus le nombre de fois que je les ai vus : Deux ou trois fois à Paris, plus à chaque HellFest.
Je sais que beaucoup de hits seront absents et que le dernier album sera privilégié, vu qu'ils ne joueront que 40 minutes.  Crying or Very sad
On fera avec (ou plutôt sans).
Enfin, surtout sans mon bridge Nikon qui est à l'agonie, d'où les rares photos exploitables au fil des shows.
Le maximum étant fait avec le petit APN Fuji : Vieux, dépassé mais increvable.

Tombé dans le Death Mélodique en 1995 ou 1996, j'ai pendant longtemps préféré IN FLAMES à DARK TRANQUILLITY .... enfin ça, c'était jusqu'au tournant des années 2000 où les premiers cités ont changé de cap pour produire des mer*** à la chaîne.
Le groupe n'est pas dans sa formation officielle : Niklas Sundin est absent.
Ca commence sur "The Science of Noise", tiré du dernier album et ça enchaîne sur "The Silence in Between", provenant également de Construct.
Michael Stanne est toujours un frontman aussi exceptionnel.
Non seulement il maîtrise son chant mais le public lui mange dans la main.
J'ai toujours adoré ce mec, non seulement pour ses capacités vocales mais pour son attitude, son accessibilité : Ayant eu la chance de le rencontrer à l'Elysée Montmartre en 2000 (il me semble), j'avais pu tailler une bavette avec lui. Lui et Kai Hansen (concernant les Metal Masters rencontrés) : Respect total pour leurs fans.
"Terminus (Where Death Is Most Alive)" est balancé puis arrive "The Wonders at Your Feet " issu de Haven.
Ce titre, je l'adore : Taillé pour la scène, du pur jus DARK TRANQUILLITY.
Là, le Bertrand est en Air Guitar, tape du pied, headbangue à tout va ... et mes deux voisins sont en harmonie.
Notez le visage d'Arnaud pendant son interprétation "air guitar" : Oui, il en "chie" pour nous "pondre" le solo à "l'air note" près ... d'un morceau qu'il ne connaît même pô. Devil  
J'attends fébrilement la partie lead que je connais par cœur, histoire de voir comment le remplaçant (pas Arnaud, mais celui de Sundin, sur scène) va s'en sortir.
Impeccable !!!  santé   Good
"Through Smudged Lenses " venu de Character prend le relai et "State of Trust ", extrait du dernier opus en remettent une couche.
Les premières notes de "ThereIn" retentissent et là, on sait que ça va défourailler sec.
Ce titre de Projector fait réagir le public qui ne se prive pas de participer.
N'en déplaise à certains, j'adore cet album ... et ce titre est une tuerie.
Je repars en headbanging, air guitar, et je tape du pied à en réveiller les habitants de l'autre côté du globe.
Put*** : Quel panard !
Martin Henriksson, en mode tondu désormais, assure toutes les parties rythmiques.
Ce mec est d'une discrétion rare mais d'un talent fou niveau compos et propreté du jeu : Rencontré à Paris également, il est aux antipodes de son chanteur, niveau prolixité.
"Misery's Crown" vient conclure ce bien trop court set ...
Je tape la discute avec Christophe et Arnaud (qui ne connaissait pas  bing  au passage, pour cette carence  Devil ).
Bon, notre Buz était comme moi : en terrain conquis, mais visiblement, notre Maiden a pris une bonne claque ... et pô par moi (dommage !!!  Devil )

Notre gugusse se dirige vers la Main Stage 1, où HOLLYWOOD UNDEAD se prépare.
Avec Buz, on se pose sur notre emplacement.
Deux titres maximum plus tard, notre Arnaud revient :
"Mais c'est à chier, ce truc !"
Ah ouai ? Bin, ça s'entendait d'ici, pas besoin de s'en rapprocher pour en avoir la certitude. Devil
Et là, me revient en mémoire sa longue tirade sur ses découvertes du passé dues à de judicieux conseils ... enfin jusqu'à aujourd'hui. Razz mdrr

Les vieux guerriers se posent.

Maiden me fait remarquer que le backdrop qui s'installe est de toute beauté.
Et c'est vrai que le décor qui se met en place pour EXODUS est top.
La pochette du dernier album est le thème principal.
Ce groupe n'est pas dans mon top 10 des Thrashouillards, mais il possède une indéniable identité.
Même si je connais désormais trop peu de titres, ça me fera toujours plaisir de voir ces Californiens, piliers des premières heures du Thrash dans la Bay Area.
Le groupe arrive sur scène, la section rythmique reste inchangée,
Steve « Zetro » Souza a repris sa place derrière le micro (une fois de plus). Aux six cordes, Lee Altus s'est vu rejoindre par son comparse d'HEATHEN Kragen Lum pour palier à l'absence de Gary Holt (chez SLAYER).
A défaut de reconnaître tous les titres, au bout de quelques morceaux : Intro de Raining Blood + Blacklist qui sont dédiées à leur guitariste absent.
Tonton Souza est très en forme (et pas que sur l'aspect ventripotent Devil ) et il a la "lourde" tâche de faire oublier Rob Dukes.
Mes deux acolytes me quittent pour aller en Warzone attendre LES RAMONEURS DE MENHIRS : J'vous jure, ces falses !
Le show est carré, maîtrisé ...même si les soli sont toujours aussi bordeliques ... comme d'hab'... mais c'est EXODUS, hein.
"Bonded by Blood" s'annonce et là, je jubile, comme tous les vieux grognards de la première heure.
Ce titre est vraiment une tuerie, et quand il est parfaitement exécuté, le plaisir n'en est que plus décuplé.
Comble du bonheur, "Toxic Waltz" enchaîne derrière : encore un autre titre que j'adore.
Là encore, ça sonne juste : Quel pied.
La qualité des photos n'est pas due à l'APN, mais à des circles pits qui font lever des nuages de poussière.
Et je préfère rester à distance : Sont carrément fêlés devant !  affraid  
Et hop "Strike of the Beast", issu de Bonded By Blood qui vient clore les débats.
Je suis gâté niveau vieux titres (vis à vis de la courte durée du set).
Là, je me pose en attendant le prochain groupe sur cette même Main Stage 2.

Quarante cinq minutes plus tard, je me tiens prêt car je vais enfin assister au show de NUCLEAR ASSAULT.
Un représentant du Thrash new yorkais, avec des influences punk.
METALLICA et MEGADETH furent mes premiers pas dans le Thrash, la seconde vague fut plus importante quantitativement : TESTAMENT, EXODUS, SLAYER, ANTHRAX, OVERKILL et NUCLEAR ASSAULT.
Bien triste de voir une populace bien clairsemée devant la scène, mais il vrai que ce groupe a toujours été en retrait niveau notoriété, une discographie peu étoffée et plutôt ancienne et a eu une existence chaotique : maintes fois stoppé, maintes fois reformé.
Cependant, le line up est quasi inchangé : Seul Anthony Bramante (lead guitar) est absent.
J'attends de voir leur prestation avec impatience, car je me doute qu'on va avoir droit à bon nombre de vieux hits.
Et comme leurs titres sont généralement courts, ça va sûrement avoisiner la quinzaine.
Le groupe déboule sur scène et là, je constate que ... John Connely est sacrément petit : une sorte de frère jumeau d'Udo, depuis qu'il a la coupe rasibus.
Ce qu'il a perdu en tignasse, il l'a gagné un peu en tour de taille.
Le set démarre avec l'album Survive : "Rise from the Ashes" puis mon chouchou, mon hit absolu du groupe : "Brainwashed" : Ce morceau est ENORME : J'alterne entre headbanging, airguitar et martelage intempestif du sol (qui ne m'a rien fait mais tant pis).
"New Song" (oui, c'est son titre) puis "Critical Mass" (un titre que j'apprécie beaucoup) venus tout droit de Handle With Care.
NUCLEAR ASSAULT est reconnaissable entre mille ; que ce soit au niveau du son des grattes, du chant écorché de Connely, de leur façon d'expédier leurs titres à 200 km/h.
Dan Lilker, le bassiste géant introduit (s'y j'ose dire) "Butt Fuck" : Quelle délicatesse.
Ensuite, je reconnais que je suis un peu perdu dans les compos suivantes ...
Retour à plusieurs titres de connaissance : "F# (Wake Up)" (Toujours dans les titres inspirés), puis un peu plus tard, la courte chanson et sûrement la préférée de Christine Boutin : "Hang the Pope".
Le concert est bon enfant tout en se déroulant à fond les gamelles.
Même si le public n'est pas serré, ça pogote de partout, en groupe ou en solo.
On finit sur "Trail of Tears" interprété par Dan Lilker himself :
Ce mec est carrément impressionnant, en bras droit de Connely, en backing vocals.
Bref, il gère tout comme un chef !
Oui, là j'ai pris un pied pas possible à enfin voir ces gars :
Pas de fioriture, ça castagne tout le temps, c'est à l'arrache ... mais c'est sincère et ça : Le top !
Tant pis pour les absents ou les statues de marbre : NUCLEAR ASSAULT a fait le boulot !
Thrasheur un jour, Thrasheur toujours !

Allez zou, finies les Main Stages, direction au pas de course vers les chapiteaux.
Premier hors d'œuvre à se mettre sous la dent : ALESTORM.
Groupe découvert il y a quelques années, au travers de clips et autres lives sur "YouTube".
En mars 2013, je visais leur passage à Nantes avec EX DEO mais au chômage à cette période, ce fut ceinture !
Perte d'un salaire et deux personnes désormais dans la même galère ... Il y avait des choix à faire.
Au camping, une Française est là avec sa moitié, une belle plante écossaise venue voir ses protégés.
Du coup, je vais de visu constater ce groupe phénomène.
Quelle n'est pas ma surprise en constatant que le chapiteau est archi bondé, et qu'une foule est amassée jusque devant la Valley, soit plus d'une dizaine de mètres en dehors de Temple.
Je me glisse dans Altar, qui jouxte Temple, et je peux assister au show.
La vache, ça joue super bien, c'est entraînant.
Pour ceux qui aiment le côté folk, allié à un bon Metal bien pêchu : c'est jouissif.
Eux se définissent comme "True Scottish Pirate Metal" ou un truc du genre
Le thème de la piraterie transpire à travers chaque titre.
Ces mecs sont totalement barrés et franchement, on se laisse embarquer.
Pourtant pas (trop) fan des trucs festifs, sincèrement, je n'ai pas vu le temps passer.
Je vais étudier de plus près ce cas.

Là, je vais essayer de résoudre un mystère.
Devant Altar, juste avant Alestorm il me semble (ou juste après), je vois passer un gaillard, avec un bouc ou une barbichette grise.
Bon, jusque là, rien de bien particulier si ce n'est qu'il porte un T Shirt qui fait tilt : HEAVYLUTION !
Aussitôt, ça s'active au niveau du cerveau : Ne serait-ce point notre KissLolo :
Souvenir de photos dans le CR du HellFest, et puis, ce T shirt "HEAVYLUTION" (peu répandu) et quand on connaît son implication dans la promotion des Stéphanois sur le forum.
Alors, Laurent, si tu repasses par là : C'était toi ?
Perso, j'ai bien tenté un "KissLolo ?" mais cette personne discutait avec quelqu'un d'autre, donnant un rendez-vous ou je ne sais quoi.
Toujours fidèle à moi-même, je n'ai pas insisté.

Bon, désormais sous l'Altar, j'en profite pour me poser en attendant que les rois de la poésie viennent interpréter leurs odes à la beauté de la vie, un hymne aux fleurs, aux petites abeilles et jolis papillons, aux histoires d'amour et autres bleuettes.
Un peu de douceur dans ce monde de brutes, il serait grand temps !
Sous une ovation, le quintet arrive.
CANNIBAL CORPSE.
Très étrange cette attirance pour ce groupe dont je ne connais que quelques titres. Ca sera la seconde ou troisième fois que je les vois.
Purée, c'est lourd comme une enclume, George Fisher est indéboulonnable sur son piédestal d'Empereur des Sangliers.
La paire rythmique Webster/Mazurkiewicz se comporte en véritable bulldozer, rouleau-compresseur.
Oui, c'est une boucherie, un véritable abattoir musical ... mais quelque part, je m'amuse.
Contrairement à moi, mon bridge Nikon n'est pas à la fête et est définitivement à l'agonie. Ce dimanche lui aura été fatal.
Toujours positionné entre les deux chapiteaux, je me tourne vers Temple, où va sévir un illustre nom du Metal helvète.

SAMAEL fait partie des groupes que je veux voir live.
Découvert au milieu des 90ies avec l'album Passage, j'avais bien aimé leur côté innovateur, touche à tout :  indus, électro.
Je n'accrochais pas beaucoup à leurs aspects trop black du début.
Mis à part le nouveau bassiste, le groupe reste inchangé.
Comme d'hab, Xy sera chargé des synthés et d'une batterie réduite à la plus simple expression : La boîte à rythme va avoir la part belle.
Le show débute par "Black Trip" puis "Celebration of the Fourth" ... et pour les suivants, je ne suis pas assez connaisseur.
Je chope au passage la discussion de voisins qui entre deux morceaux discutent et j'apprends que SAMAEL est visiblement et tout simplement en train de balancer l'album Ceremony of Opposites en entier. affraid
Et moi qui ne reconnaissais aucun titre de Passage : Pas étonnant !
Au bout de je ne sais combien de chansons, enfin une intro qui me fait bondir : "Rain", tiré de l'album que j'attends tellement.
Et je ne suis pas le seul à faire de l'auto-pogo.
"The Ones Who Came Before " prend la suite, toujours du même album. Pas mon titre préféré mais bon, j'vais pô faire la fine gueule.
Le morceau suivant m'est inconnu.
Et hop, celui qui s'avère être le dernier est "My Saviour ", toujours issu de Passage.
Un peu étrange, cette set-list.
S'ils avaient joué Passage, j'aurais été en terrain connu.
En tout cas, leur prestation est propre, un son plutôt bon et une attitude des zicos vraiment pro, contrairement à un public pourtant venu nombreux mais relativement statique : Voyeur ou curieux plus que connaisseur ?

Allez zou, translation dans le chapiteau de gauche où je vais enfin assister au show d'un des précurseurs, géniteurs du genre que j'adore tellement  : Le Death Mélodique.
J'ai déjà vu DARK TRANQUILLITY ce jour, et désormais, c'est AT THE GATES qui va pointer le bout du museau.
L'intro du dernier album en date retentit, puis on attaque par "Death and the Labyrinth".
On poursuit sur "Slaughter of the Soul ", de l'album du même nom, qui est l'avant dernier opus, en date de ... 1995.
Purée, quelle niaque, les Suédois. C'est carré, direct, pas de fioriture.
"Cold", tiré du même album retentit, puis "At War with Reality", titre éponyme du dernier album, celui de 2014.
Quasi vingt piges séparent ces deux albums, mais pfffiou, c'est d'une précision.
Le public réagit bien.
Dans mon coin, je me dis que tant qu'on joue ces deux albums, ça me va, car ce sont ceux que je connais ... Devil
En écoute régulière sur mon MP3 du dernier album, j'accroche plus facilement quand le titre est jeté en pâture, je mets plus de temps à reconnaître ceux de l'album précédent dont parfois certaines compos m'échappent ...
Je suis entouré de quelques fossiles de mon âge, et je me retrouve à jouer de l'air guitar avec l'un d'eux à plusieurs reprises. Purée, c'est un expert (bien que je doute de certains de ces accords  Devil ) : La loose ...  Crying or Very sad
Tomas Lindberg arpente la scène, invectivant le public. Ce dernier ne se fait pas prier pour reprendre en chœur, se lancer dans un circle pit plutôt endiablé.
"Heroes and Tombs " est un titre que j'apprécie sur leur dernier opus, et il est parfaitement joué live.
Oui, l'exécution des titres est quasi parfaite.
Ces zicos, s'ils ne sont pas médiatiques, maîtrisent leur sujet.
Statiques, c'est sûr : Les jumeaux Björler restent quasi indissociables sur scène. Les soli d'Anders sont toujours aussi propres.
Martin Larsson reste imperturbable à la guitare rythmique. Indéfectible, comme l'est Adrian Erlandsson derrière ses fûts.
Ce mec dispose d'un potentiel impressionnant, et on n'est guère étonné des capacités du petit frère, quand on voit ce que l'aîné est capable d'abattre en un show. Bon sang ne ment jamais.
Les deux derniers albums trustent la set list.
Il n'y a quasi pas de temps mort.
La fin du show approche, Le groupe se retire.
Il manque un titre et les sons d'intro qui retentissent ne laissent aucun doute :
"Blinded by Fear " débute ! Rhâââââââ, mon titre chouchou, celui qui m'a fait découvrir ce groupe.
Et hop, je repars en auto pogo, en air guitar, en martelant le sol comme un taré.
Boudiou, ce titre de ouf, quel pied !!!
Je pars le cœur joyeux, et je ne suis pas le seul.
Quelle claque.
Mes rares photos faites avec mon petit Fuji étant trop pourries  Crying or Very sad , j'épargne vos mirettes !

Allez zou, translation vers la Temple, en attendant le plat de résistance de la soirée.
A nouveau, un combo suisse.
Pour être franc, je ne connais ce groupe quasi que de nom, si ce n'est, deux ou trois titres vus sur "YouTube".
Pourtant, le leader n'est pas un inconnu, ce n'est autre que Thomas Gabriel Fischer, Tom G. Warrior, ex leader de CELTIC FROST.
Faute d'avoir vu ce dernier en live, je verrai le successeur.
Un show d'une heure, je vais y rester une ch'tite demi heure pour aller me positionner pour le groupe suivant.
Je laisse passer les premiers titres.
Le style est lourd, sombre. Le jeu de lights est sobre, en adéquation avec le style musical.
Le troisième titre fait tilt : "Circle Of Tyrants" de CELTIC FROST.
Rhaaaaa Lovely, j'adore ce titre.
Exécuté différemment, plus lentement, ça n'en reste pas moins génial.
Ensuite, on part pour des titres de TRIPTYKON, donc je suis à la rue.
J'en profite pour aller prendre position sous l'Altar.

Pendant le show des Helvètes, je surveillais l'afflux sous l'Altar, histoire d'avoir une place pô trop mal.
Je suis proche de la régie son, où je vois se positionner des Metaleux de tout poil ; près de moi, une famille "BCBG", des jeunes niveau lycée ou collège.
Ouep, visiblement le groupe qui doit sévir est attendu par les fans, attire, attise la curiosité de néophytes de toute sorte.
ARCH ENEMY, c'est un groupe que j'écoute depuis fin des 90ies, à l'époque où le micro était tenu par Johan Liiva.
J'avais pris en pleine tronche le titre "The Immortal".
Fan de CARCASS avec Michael Amott, j'avais naturellement accroché à ce nouveau groupe, plus proche de mes goûts pour le "Death Mélodique".
Bizarrement (et à mon grand désarroi), je n'avais jamais revu le groupe depuis 1999 en live, et j'ai toujours loupé les shows sous l'ère Angela Gossow : Loupé lors du premier HellFest et celui de 2010, ils avaient ensuite annulé il y a quelques années.
Avec l'arrivée de la délicieuse Alissa White-Gluz que je connaissais chez THE AGONIST et pour ses guests chez KAMELOT, je m'étais dit que je ne devais pas laisser passer l'occasion.
Et pourtant, j'avais loupé un concert à Rennes en juin 2014 ... et je le regrette encore.

Là, je tenais enfin ma revanche et ce groupe était TOP PRIORITE.
Inutile de dire que l'Altar est blindée ... ça méritait une Main Stage.
Je jette de temps à autres un regard circulaire, recherchant le désormais célèbre "Fred MuscaDeath" (oui, il a mauvais goût concernant la boisson ... Et toc !  santé  Devil ), un collègue de taf que j'ai déjà mentionné dans d'autres C.R.
Il m'avait dit qu'ARCH ENEMY était aussi une de ses priorités ... mais vue la foule, je ne vais pas me casser le c** à investiguer.

"Khaos Overture" annonce l'arrivée du combo et ça démarre sur "Yesterday Is Dead And Gone".
Pas trop fan de l'album Khaos Legion, je me réserve pour la suite.
Bien m'en a pris de garder mes forces : "Burning Angel" démarre avec cette intro de malade qui fait taper du pied.
Alissa invective le public en français et en anglais, ce qui a le don de faire démarrer au quart de tour la foule
Et je ne suis pas le seul à réagir sur ce titre de Wages of Sin
La basse de Sharlee d'Angelo écrabouille tout.
C'est clair : Ils ont le son, la batterie claque à merveille. Tant mieux, je pourrais apprécier un de mes batteurs préférés : Daniel Erlandsson.
Aux grattes, le binôme de luxe Amott - Loomis fait merveille et ça promet pour la suite.
Perso, je suis épaté par la facilité qu'à le blondinet ex NEVERMORE à s'intégrer au groupe.
J'ai toujours aimé ce gars pour son côté effacé alors qu'il a un talent fou (et un style, et des compos souvent complexes).
En guitariste rythmique ou en soliste, il fait le taf comme s'il avait toujours fait partie du groupe.
Souhait égoïste, j'espère qu'il va rester au sein d'ARCH ENEMY.
"Bonsoir HellFest. Nous sommes ARCH ENEMY and this is fucking War"
Et hop, "War Eternal" qui déboule.
Tiré du dernier album, ce titre est une tuerie, taillé pour la scène.
Alissa ne fait pas que l'interpréter, elle le vit, elle est totalement possédée.
Ce titre est un énorme, et sans surprise, le solo de Nick Cordle est exécuté au millimètre près par Jeff Loomis.
A peine le temps de se remettre et hop, la belle Canadienne annonce un nouveau titre tiré de Wages of Sin.
Et ce n'est pas n'importe lequel qui s'annonce :
"Ravenous", le titre qui m'a fait connaître Angela Gossow au micro.
Cette compo, reste dans mon top 3 du groupe, et sans doute en top position.
En live, il prend une toute autre dimension.
La furie est partout, sur scène, dans la foule.
Le couple BCBG avec ses moutards à côté de moi ne sait plus trop où se mettre.
Désormais un poil plus décalé dans la foule, je me prends des slammers sur la tronche, mais ça reste bon enfant.
Par contre, rien de plus qui m'énerve que les branlotins qui viennent de l'extérieur et qui veulent passer par groupe, pour se diriger vers la scène.
J'avoue honteusement ... et puis non, même pas honte, en avoir rembarré quelques uns ... dont un qui insistait et qui a du avoir sacrément mal au niveau des reins pendant un bout de temps ...
Y'A DES FOIS, FAUT PÔ ME FAIRE CHIER !!!  Embarassed  Devil
Bébert, c'est un gros nounours enrobé (mais pas à la guimauve, faut pô déconner non plus), mais trop bon ne veut pô (plus) dire trop con !!!
Revenons à "Ravenous".
Angela est parfaitement remplacée.
La voix d'Alissa est beaucoup moins forcée, mais juste et respectueuse de la compo d'origine.
Mike refait son solo à l'identique : J'adore car tellement de groupes torchent ça en live ... hein IN FLAMES !
Et quand la partie solo de Chris Amott est interprétée par Jeff : ça sonne exact.
Pas de surinterprétation ou réinterprétation ! La classe.
Je me repose sur "Stolen Life" tiré du dernier album. Pas mon titre préféré ... mais bon, en live, tout prend une autre dimension.
Et la mélodie "fil rouge" du morceau est superbement restituée. La classe, ce Mike Amott.
Alissa, pour laisser ses collègues reprendre leur souffle, joue avec le public :
"You Will Know My Name" est jeté en pâture, toujours tiré du dernier album.
L'intro du suivant, elle, ne laisse aucun doute :
"My Apocalypse" déboule, tiré de Doomsday Machine.
La double pédale de Daniel (pas une insulte, hein, je parle de sa batterie), Alissa qui harangue la foule : ça fout les frissons.
La seconde partie, plus mélodique et posée est magnifique.
Ils ont la technique et le son identique à l'album : respect
Genial ! Et à nouveau, Alissa qui demande la participation du public qui s'exécute. Il lui mange dans la main.
Tout est tiré au cordeau, entre la section rythmique qui annihile tout et l'incroyable complicité et complémentarité des deux manchistes ...
Bordelus, c'est beau à en chialer.
Ah non, non, je suis un dur, un vrai headbanger, on chiale pô comme  ça ...
Alissa annonce un de ses titres préférés du dernier album : "As the Pages Burn".
Je laisse ce titre passer car pas plus fan que ça ...
"Dead Eyes See No Future" enchaîne : là, ça va beaucoup plus me parler !
Que c'est bô le Metal, quand on vous en envoie plein la tronche, les esgourdes.
Et puis, cette mélodie sur le refrain où Alissa invoque la participation du public.
Et hop, Amott et Loomis qui se partagent le gâteau mélodique, harmonisation à souhait avant que Mike ne se lâche sur le solo final.
"Avalanche", encore tiré du dernier album.
Alissa est carrément possédée, et épaulée dans les backing vocals par Mike.
Ce titre est du pur jus ARCH ENEMY.
Sharlee d'Angelo souvent en retrait (physiquement parlant) se rappelle à notre bon souvenir : Ce mec là est carrément bestial, un vrai déménageur : Je ne voudrais pô être à la place de sa basse.
Les zicos se barrent : Alissa tape la discute avec le public et lui demande de jumper :
"No Gods, No Masters " tout droit venu de Khaos Legion.
Ca fait un bail que je n'avais pas replongé parmi les titres de cet album.
"One For All, All For One, We Are Strong" : "Nemesis" est livré à la foule !
Ca ne va pas partir dans la romance.
On est de retour sur Doomsday Machine.
La classe dans son exécution : Ces zicos respectent leur public car chaque titre est joué tel sur album mais dans les conditions du live.
Là encore, ça prend une autre dimension sur scène.
Le show se termine, on salue le public qui le leur rend bien.
Je regrette juste qu'un "The Immortal" de l'ère Liiva, ou que le mythique "We Will Rise" n'aient pas été choisis. Cinq titres de War Eternal, ça fait beaucoup pour un festoche ...
M'enfin, j'vais pô faire la gueule. Je me suis pris une claque de chez claque & co.
Je m'attendais à un show qui ferait tout péter, qui mettrait tout le monde d'accord : Je pense que ce fut le cas à la lecture des retours.

Allez zou, je me dirige vers la Main Stage 2, où NIGHTWISH conclut ma programmation du festival.
Le show commençant 15 minutes avant la fin de celui d'ARCH ENEMY, je vais quand même aller juger sur pièce ce qu'est devenu ce groupe.
Mon seul concert remonte à octobre 2000, à Paris, à l'Elysée Montmartre.
C'était sur la tournée Wishmaster, une ère lointaine où tout était parfait dans ce groupe : Chanteuse, compos ... et le show avait été ENORME !
Bien m'en a pris d'arriver pile-poil au moment où débute "She is My Sin", du superbe album cité juste au dessus.
Et le Bertrand de taper du pied comme un demeuré : autour de moi, ça respire plus les néo-fan, de l'ère Anette sûrement.
"Bin ouai, NIGHTWISH, il fut un temps où ça dépotait, bande de nââââzes !"
Mais d'un coup d'œil, je vois qu'on est un paquet de clones d'Emppu à dégainer l'air guitar !
Me sens moins con seul désormais Devil

Le morceau est vraiment bien restitué et il n'y a pas à dire : La grande Batave : c'est la synthèse des deux autres chanteuses.
Nulle ne remplace Tarja, et Floor ne joue pas dans ce registre : Elle se réapproprie le morceau sans trahir la merveilleuse Tarja : Good
Ayant largué NIGHTWISH avec l'arrivée de la massacreuse de Diva, je sens que je vais galérer à chaque titre non ère Tarja et non Endless Forms Most Beautiful.
Je demande à mon voisin bedonnant, qui arbore un T Shirt désormais trop juste "Oceanborn" ( :bave  ... un pote, et pas seulement de tour de taille) quels titres ont déjà été joués :
Il me dit, le premier du dernier album, c'est  "Shudder Before the Beautiful " ... merdum, il n'est pas trop mal, un autre du même album mais il bafouille ou je ne pige pas le titre ("Yours Is an Empty Hope " après vérification plus tard), et "Amaranth" .... Pffffff, pouaaah.
Et zou, je reste en terrain connu " My Walden" et le très soft "Elan" tirés tous deux du dernier opus.
La nouvelle recrue, Troy Donockley, fait mumuse avec ses instruments traditionnels : Le mec sait jouer , OK, mais si c'est ça désormais la nouvelle voie de NIGHTWISH ...  Rolling Eyes
"Weak Fantasy" déboule. Ce titre symphonique à souhait est dans le pur jus NIGHTWISH.
A défaut de headbang , j'apprécie le spectacle. Floor est vraiment le centre de l'Univers, tout tourne autour d'elle.
Elle a vraiment la Metal attitude ...
Une question me titille l'esprit : Ils vont nous jouer tout l'album ou quoi ?
Ca en fait visiblement cinq depuis le début du show.
Le morceau suivant , je ne le reconnais pô : Sûrement datant de l'ère Anette.
Le successeur, c'est encore de la même période, mais là je l'identifie : "I Want My Tears Back".
Boaarf, même avec Floor, la soupe reste de la soupe !
Bon, j'peux aller dormir ?
"Non" répond le groupe.
"Et pourquoi donc ?"
"Stargazerrrrrr"  cheers  oué  headbang
Et hop, on redéfouraille l'air guitar : ça va fumer !
Et visiblement, je ne suis pas tout seul : Mon voisin Bibendum cramponne son T Shirt comme si sa vie en dépendait : T'inquiètes, mon gars, moi aussi, ça me fait cet effet quand j'entends une compo venant de ce chef-d'œuvre qu'est Oceanborn.
Une p'tite pensée pour le Sieur Fred qui doit savourer quelque part ce morceau : Je lui avait fait découvrir l'album en 2000 au taf.
Et ce concert était marqué prioritaire pour le pêcheur en culottes courtes et sa moitié.  Wink
Bon allez zou, je me lance dans mes soli, et rien à battre des regards aux alentours : C'est moi qui joue !
Evidemment, l'énorme défaut de ce morceau (si si), comme de tous ceux dont je suis raide dingue : C'EST QU'ILS ONT UNE FIN !!! Crying or Very sad
J'attends impatiemment la suite ... et on reste dans l'ère Tarja, mais avec "Ghost Love Score " provenant de Once. Pas ma période préférée du groupe, et pas mon préféré de l'album.
Faute de mieux, je savoure la classe de ce groupe qui, ce soir, ont tout pour eux : Météo, Light Show, le son ... à défaut d'avoir la Set List de rêve.
Le jeu de Kai Hahto derrière les fûts est moins spectaculaire que celui de Jukka mais le batteur de WINTERSUN (et ex SWALLOW THE SUN Crying or Very sad ) assure le travail à la perfection.
Et pour la suite, chanson inconnue au bataillon, donc j'en conclus que c'est de l'ère de la Casserole. Il s'avère que c'est "Last Ride of the Day" qui porte bien son nom car dernier titre joué live.
Mouai ... Fallait bien s'y attendre : On mise sur le dernier album, et seulement trois titres de l'ère Tarja : Malheur aux vieux fans (qui ont bon goût of course)

Retour au camping où les débats sur les meilleurs shows, etc. font le buz (et non "se font le Buz"  Devil ).
Au fil des minutes, tout le monde va se coucher (certains doivent se lever tôt, route oblige ... aux dires de plusieurs, enfin surtout un ....) excepté notre Breizhjoker national, notre "radiologue" dunkerquois et bibi.
Olivier à l'idée de refaire le plein de fuel à Metalleux, et nous revoilà repartis avec trois pichets !
Boudiou, je dois me lever tôt : Je taffe cet après midi, moi.
Du coup, après avoir refait le monde et je ne sais quoi, à trois plombes du mat', chacun va au pieu.
A huit heures, j'émerge et je vois que certains ont déjà fui : Oui, fui.
Non, je ne dénoncerai personne, pas le style.
N'insistez pas, je ne citerai ni son nom (ARNAUD), ni son surnom (MAIDEN).
Et cette crapule qui laisse un message, n'oubliant pas une dédicace à l'attention du Matou Infernal : ça se paiera !
Un scalp de Parigot, même avec une casquette ringarde, ça fera style, une fois clouée sur la pancarte de ma commune !  warrior
Du coup : pliage de matos (rien à voir avec André), entre aide avec les potes, même les voisins en bagarre avec leur tente.

Les adieux faits, je parcours le chemin inverse, en n'oubliant pas de passer par le Géant de Cholet : Madame m'a fait une liste des courses ... Retour aux dures réalités de la vie quotidienne.
Là, je ne suis pas fier : La dernière douche remonte à jeudi soir alors, je ne suis pas sûr d'être en ... odeur de sainteté. Devil
Et moi qui refuse les réseaux sociaux, me voilà pourtant avec tellement de followers : Les mouches !  Razz
Allez zou, retour at home, je dépaquète tout le matos et direction la douche.
Par décence pour l'auditoire, pas de photo de la couleur de l'eau.
Déjeuner, direction le taf où il va falloir lutter contre le mode zombie.
J'attends le mardi, pour retrouver les festivaliers qui ont pris leur lundi.
Le jour venu, j'attends impatiemment le Sieur Fred.

Et on parle de tout et de rien entre festivaliers, et la fameuse question surgit :
"Alors, Fred, ARCH ENEMY ?, tu as trouvé ça comment ?"
En voyant la tête de condamné à mort, mon interrogation avait touché le point sensible.
Le metalleux à poils courts avait en fait suivi Madame pour NIGHTWISH.
Après tout, notre brave Fred avait déjà suivi son beauf hardcoreux à deux reprises pour KORN, ... à l'insu de son plein gré, bien sûr.  Wink
Et depuis, le fil rouge "ARCH ENEMY" est souvent ramené sur le tapis, histoire de mettre de l'ambiance.
De toute façon, c'est soit ça, soit le topic sur le duel Muscadet et vrais vins. Devil

-----

En aparté, je tiens d'abord à présenter mes excuses à toutes et tous pour cet immense retard.

Je garde de ce HellFest 2015 un immense souvenir :

D'abord concernant les concerts, et les groupes mythiques que je n'avais pas encore eu la chance de voir jusqu'à ce jour.
Mais surtout, d'avoir pu rencontrer de si joyeux drilles :
Olivier, Arnaud et Christophe, rencontrés ici et là en coup de vent par le passé.
Chacun a sa personnalité mais put***, tous aussi attachants l'un que l'autre.
... A bien y réfléchir, pas Maiden ... faut quand même pô exagérer ...  Devil
... Bon, OK, toi aussi Arnaud ... mais fais gaffe ! Devil

Souvenir de deux Falses, avec des T Shirt d'un groupe désormais de Falses suédois ...
En totale harmonie, les gars !
Deux bonnes têtes de vainqueurs, enfin surtout un ... Devinez qui ... Surprised

Et je n'oublie pas parmi les nouvelles rencontres : Sylvain et Ludo, les deux Dunkerquois : Complètement barrés ces mecs mais pffff, que de crises de fou rire avec leurs histoires !

Pour finir, salutations aux zozios de Fibertex (la boîte où je suis) qui me liront (ou non), à ceux rencontrés (ou non).
T'inquiètes Fred, un jour tu verras ARCH ENEMY, INSOMNIUM, ... ou pas.
Mais pour cela, faudra couper le cordon ombilical : Bye bye tes "Escort Boys ou Girl" Devil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hijammer
Future World
Future World


Nombre de messages : 4132
Age : 36
Localisation : Walls of Géricault (Angers)
Date d'inscription : 10/09/2009

MessageSujet: Re: Hellfest 2015   Mer 24 Fév - 23:10

Hellcat Ze Sith Rouille a écrit:
En aparté, je tiens d'abord à présenter mes excuses à toutes et tous pour cet immense retard.

C'est de bonne guerre "Bertr'en retard" ( mdrr ), magnifique prose au passage bravo

_________________
The chinese year of the monkey!
Hijammer the Sole Survivor
Tetsuo the Iron Savior
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
peace-love-freedom
Guardian Of Mankind
Guardian Of Mankind


Nombre de messages : 1217
Age : 33
Localisation : Velotte-et-Tatignécourt
Date d'inscription : 09/04/2013

MessageSujet: Re: Hellfest 2015   Mer 24 Fév - 23:14

rien à dire Good merci Bertrand! et oui Christophe, Arnaud et Olivier sont des mecs en or! j'ai passé d'excellents moments avec eux à rigoler, à parler musique...

super ce cr, rien à redire, mis à part merci! ton retard est tout pardonné respect

_________________
Isn't it a wonder
Awake from blood thick dreams
Remove all the stones from our hearts
We must all believe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
peace-love-freedom
Guardian Of Mankind
Guardian Of Mankind


Nombre de messages : 1217
Age : 33
Localisation : Velotte-et-Tatignécourt
Date d'inscription : 09/04/2013

MessageSujet: Re: Hellfest 2015   Mer 24 Fév - 23:19

Sylvain et Ludo sont excellents! çà a été une super rencontre en 2014 et que de bons moments (arrosés!)


_________________
Isn't it a wonder
Awake from blood thick dreams
Remove all the stones from our hearts
We must all believe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HellCat Ze Sith Rouille
Keeper Of The Seven Keys
Keeper Of The Seven Keys


Nombre de messages : 3436
Age : 46
Localisation : Third from the Sun
Date d'inscription : 05/09/2008

MessageSujet: Re: Hellfest 2015   Ven 26 Fév - 0:59

hijammer a écrit:
C'est de bonne guerre "Bertr'en retard" ( mdrr )
Gni gni gni ... d'abord !!! blblbl
hijammer a écrit:
magnifique prose au passage bravo
Merki, mais bon, rien de spectaculaire ... Juste pris """""un peu""""" mon temps ... Devil donc aucune excuse pour ne pas rendre une copie la plus correcte possible.

@ Caro
Merci Mamezelle. J'en suis tout rouge et confus ! Devil
Ouep, y'avait une sacrée cohorte de branquignoles là-bas.
Entre les récits extra Metal des deux hallucinés du Chnord (des fils spirituels de Pierre Richard), ceux des souvenirs des campagnes clissonnaises des vieux briscards de chez Papy : Il y avait de quoi écrire une encyclopédie.
Du Metal et des gugusses de cette pointure chaque année : Je suis prêt à signer un pacte avec le Diable pour retrouver ça. Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
peace-love-freedom
Guardian Of Mankind
Guardian Of Mankind


Nombre de messages : 1217
Age : 33
Localisation : Velotte-et-Tatignécourt
Date d'inscription : 09/04/2013

MessageSujet: Re: Hellfest 2015   Ven 26 Fév - 22:13

HellCat Ze Sith Rouille a écrit:
Je suis prêt à signer un pacte avec le Diable pour retrouver ça. Twisted Evil

grave! de suite! Good

_________________
Isn't it a wonder
Awake from blood thick dreams
Remove all the stones from our hearts
We must all believe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hijammer
Future World
Future World


Nombre de messages : 4132
Age : 36
Localisation : Walls of Géricault (Angers)
Date d'inscription : 10/09/2009

MessageSujet: Re: Hellfest 2015   Sam 27 Fév - 13:31

Théoriquement (ou devrais-je dire diaboliquement) tous les festivaliers du hellfest signent un pacte avec le diable d'office en achetant un pass. C'est à savoir!

_________________
The chinese year of the monkey!
Hijammer the Sole Survivor
Tetsuo the Iron Savior
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HellCat Ze Sith Rouille
Keeper Of The Seven Keys
Keeper Of The Seven Keys


Nombre de messages : 3436
Age : 46
Localisation : Third from the Sun
Date d'inscription : 05/09/2008

MessageSujet: Re: Hellfest 2015   Sam 27 Fév - 14:53

Eh eh. Bien vu Good
Mais il n'y a pas que l'achat du précieux "Evil Graal" dans l'affaire.
La rencontre avec des vrais "MetalHeads" est un plus, un bonus qui fait la différence.
La cerise sur le gâteau.
Un festoche entouré de pseudo metalleux, de posers : Pouah
Un bon festival, avec les bonnes personnes : C'est royal !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gorgar63
Steel Tormentor
Steel Tormentor


Nombre de messages : 8698
Age : 42
Localisation : Far west auvergnat
Date d'inscription : 21/08/2006

MessageSujet: Re: Hellfest 2015   Dim 28 Fév - 1:21

Allez réaction au CR du vendredi car mes yeux ont du mal à rester ouverts ce soir.

D'abord je lis que le matou doit à présent penser pour 3 et j'ai encore du louper un épisode.
En tout cas, si c'est ce que je pense félicitations! santé

Concernant le CR en lui même j'avoue que je t'envie concernant JUDAS PRIEST et ARMORED SAINT que je n'aurais certainement pas manqué si j'avais été sur place.

En revanche je n'aurais certainement pas laissé passer ALICE COOPER que je n'ai jamais eu la chance de voir sur scène et qui fait des shows très visuels mais bon tu as fait ton choix. Wink lol!

Pour MOTORHEAD, avec le recul, tu as bien fait de te "dépuceler" lors de ce hellfest car tu aurais certainement eu des regrets à jamais. Et tant pis si Lemmy n'était pas au sommet de sa forme.

Enfin, je crois qu'en fan de Steve Stevens je serai allez voir BILLY IDOL et d'ailleurs je me demande bien qui peut être la blonde juste derrière lui? Embarassed

Hein? C'est qui? lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HellCat Ze Sith Rouille
Keeper Of The Seven Keys
Keeper Of The Seven Keys


Nombre de messages : 3436
Age : 46
Localisation : Third from the Sun
Date d'inscription : 05/09/2008

MessageSujet: Re: Hellfest 2015   Dim 28 Fév - 3:04

Ah ah, sacré Lolo !

Non non, tu n'as pas loupé d'épisode.
La troisième personne n'est (hélas) pas à ce quoi tu penses.
Si tel avait été le cas, vous l'auriez su ici.

Concernant JUDAS PRIEST et ARMORED SAINT, je ne regrette pas mes choix.
Pour ALICE COOPER (que je n'ai jamais vu), je m'en mords encore les doigts.
Même si je connais trop mal sa discographie, tous les retours ont été positifs ... alors, oui, là, j'ai merdouillé.
Pas que le show de C.O.B. était mauvais, mais bon, rien de nouveau, et de moins en moins de "bons morceaux" (enfin ceux de ma période préférée) joués en live.

Concernant MOTORHEAD, on en reparlait au taf avant et après la mort de Lemmy.
Et depuis son décès, ta tirade : c'est quasi mot pour mot ce que je me suis dit.

Concernant la blonde derrière derrière Steve Stevens, il s'agit de sa miss : Josie Stevens.
""Légèrement"" plus jeune que lui. Rolling Eyes
Le genre de blondasse bricolée de partout qui me ferait aller dormir dans ma baignoire si elle voulait dormir dans mon lit : Pouah, une horreur. Devil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gorgar63
Steel Tormentor
Steel Tormentor


Nombre de messages : 8698
Age : 42
Localisation : Far west auvergnat
Date d'inscription : 21/08/2006

MessageSujet: Re: Hellfest 2015   Dim 28 Fév - 11:57

Me doutez pour Steve Stevens, il m'a rappelé Poppa Chuby que j'avais vu au Freewheels en 2010 et qui lui aussi exposait une belle plante un peu too much. Wink lol!

Edit : Effectivement c'est vraiment trop pour Mme Stevens, il reste plus grand chose de naturel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gorgar63
Steel Tormentor
Steel Tormentor


Nombre de messages : 8698
Age : 42
Localisation : Far west auvergnat
Date d'inscription : 21/08/2006

MessageSujet: Re: Hellfest 2015   Dim 28 Fév - 20:14

Allez passons au deuxième jour mais avant tout je reviens sur le vendredi car je n'avais pas vu que tu avais eu la chance de rencontrer Tonton Zézé. Good

Il était passé au Freewheels en 2010 mais je n'avais pas eu la même chance que toi à Clisson. Evil or Very Mad

Bon d'entrée de jeu pas d'accord avec toi concernant Airbourne, un groupe que j'ai loupé quand ils sont passés à Clermont pour avoir trop tardé à acheter mon billet.

J'aime beaucoup ces aussies et j'espère vraiment que je pourrais les voir sur scène un de ces 4 car je n'ai que des retours positifs quant à leur prestation scénique clermontoise.

En revanche, je t'envie pour Slash car effectivement le bonhomme est bon mais son chanteur est excellent et pour avoir vu un concert en DVD il semble remarquablement s'en tirer avec les titres de GNR.

Évidemment je serais allé voir Faith No More même si je ne suis pas aussi dithyrambique que toi en ce qui concerne ce groupe mais ils ont un univers bien à eux que symbolise parfaitement la scène toute blanche et fleurie.

J'ai vu le concert sur youtube est j'ai bien aimé l'humour des gars avec le "heavy shit - heavy merde" et le jeu de Patton avec le mec de la sécurité est plutôt bon enfant.

Bref, je comprends que tu te sois régalé.

Pour ZZ TOP, j'ai déjà eu la chance de voir les texans une fois et je les avais trouvé plutôt bons avec une setlist excellente mais visiblement c'était pas trop ton kiffe.

Pour Scorpions, je ne m'étalerai pas trop car j'ai déjà tout dit dans mon C.R. de Lyon qui devait grosso modo présenté le même show.

Passons aux reproches maintenant Devil

Ils sont où les C.R. pour The answer, pour Ace Frehley et éventuellement Body count? Hein? On était en train de ronronner dans un arbre? Allez privé de croquettes le matou. Devil lol!

Plus sérieusement voilà 3 groupes que j'aurais essayé de voir en cas de présence à Clisson en 2015.

Idem pour les Sticky boys, Vulcain et les Quireboys le vendredi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HellCat Ze Sith Rouille
Keeper Of The Seven Keys
Keeper Of The Seven Keys


Nombre de messages : 3436
Age : 46
Localisation : Third from the Sun
Date d'inscription : 05/09/2008

MessageSujet: Re: Hellfest 2015   Lun 29 Fév - 1:43

Concernant tonton Zézé, rhalala, quelle crème ce zouave !
Et que de quadras et plus autour de lui pour faire signer des antiquités ... histoire de ne pas nous rajeunir.

Pour AIRBOURNE, je les avais déjà vus au HellFest.
Je n'y peux rien, je ne peux pas les encadrer.
Leur zic ne m'apporte rien de nouveau, les pitreries de leur chanteur, c'est désormais éculé.
Désolé, mais ils me saoulent.

Oui, SLASH, c'était vraiment très bien.
En toute sincérité, j'avais peur de trop en attendre ... et au final : Good

Concernant ZZ TOP, rien à voir avec le fait que "ce n'était pas mon kiffe" : A cet instant, j'étais à un autre endroit, parti voir ENSIFERUM.
J'ai assisté à environ la moitié du show des barbus, tout en me plaçant pour FAITH NO MORE.
J'ai bien aimé.

Quant aux reproches : Même pô peur !
Plus sérieusement, il faut rappeler deux choses :
On n'a pas les mêmes priorités.
Dans le cadre de ce festival, il y a six scènes, avec des chevauchements d'horaires.

Je reprends donc tes "reproches"
Pour le vendredi :
Si tu as suivi un peu mon timing, tu auras deviné que je suis arrivé bien tard.
A 9 h, j'étais au bureau de Poste du coin, pour un colis à envoyer en Chine, donc tout a pris du retard.
Je n'ai plus l'heure en tête mais il devait être 11h30, midi voire un chouya plus quand j'entrais sur le camping.
Le temps des présentations, d'installer ma tente, de bouffer, descendre quelques bières ...
Enfin bref, impossible de voir les Frenchies de NO RETURN et VULCAIN.
Les premiers, je les avais déjà vus à La Roche sur Yon, jamais la bande aux frères Puzio Embarassed  (bououh la honte).
Quant aux STICKY BOYS, je ne connaissais que de nom (et leur style musical) donc pour moi, aucun intérêt Devil
THE QUIREBOYS : Je ne connais que trop peu leur discographie, et le peu entendu ... Couci couça.

Pour le samedi :
THE ANSWER, je ne connaissais même pas. Enfin, j'avais été me renseigner et j'avais vu que ça officiait dans un style trop "mou du slip" pour moi, enfin un peu le reproche aux deux derniers cités le vendredi. Devil
Pour ACE FREHLEY, n'étant ni fan de KISS, ni de ce guitariste et en plus étant en compagnie de joyeux drilles sur le camping : Pas de danger que j'y aille.
BODY COUNT, j'avais coché le nom (au cas où). Pas fan de ce groupe, mais quoi qu'on en dise, ils ont marqué leur époque. J'y serai allé voir par curiosité.
Cela dit, les aléas du festival ont fait que ça tombait exactement en même temps qu'ENSIFERUM (encore une fois).
Un collègue de taf a tenté d'y aller : l'accès à la WarZone était impossible, tellement le secteur était blindé de populace. Il a entendu sans les voir.
D'ailleurs, l'accès à cette scène pose toujours des problèmes et je crois savoir que ça fait partie des priorités dans la réorganisation de l'aménagement du site.

Non ma vieille crapule, je ne ronronne pô dans les arbres, juste en dessous, surtout quand AIRBOURNE est réduit au silence ... et dans ce cas, je savoure.
Privé de croquettes ?  Crying or Very sad Ca sent le régime sec, ça !
TORTIONNAIRE !

Même si je me doute que c'est hélas du 99,9% impossible, j'aimerais bien voir notre Lolo au HellFest :
Là, tu pourrais juger combien il est difficile de faire comme on a tout planifié bien au chaud chez soi :
Entre les chevauchements d'horaires, des conseils d'un tel pour aller voir une découverte, la fatigue des shows de la veille (là, quelle galère pour être sur le pont de très bonne heure), les boissons et discussions qui retardent tout ou vous font coucher à pas d'heure ... Jamais facile tout cela.
Mais bon, là, ce sont des problèmes de nantis, je te l'accorde. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helld (-|-) ween
Keeper Of Tomorrow
Keeper Of Tomorrow


Nombre de messages : 17925
Age : 47
Localisation : Pumpkin Garden
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: Hellfest 2015   Lun 29 Fév - 11:47

Mouah ah ah c'te mauvaise foi de matou! Devil
En 2013 j'ai vu tout ce que je voulais voir et même plus!
J'avais planifié tous les concerts que je voulais voir avant de partir et je n'ai eu aucun blem pour le faire même quand le timing était serré entre 2 groupes.
En gros, tu traînes tellement à droite et à gauche que tu n'arrives pas à faire ce que tu prévois!
Bon j'arrête de t'asticoter mon gros pacha, et pour le reste je plussoie: on a chacun ses priorités et nos envies.
Ceci dit, je privilégierai un groupe jamais vu à un autre déjà vu.
Maintenant, les barbus de ZZ Flop.....je voulais les voir....je les ai vu...et je n'ai pas été convaincu! Sortez les déambulateurs et la musique automatique: le show est ailleurs!
Et comment tu n'as rien fait pour voir les frangins Puzio?! C'te honte! Un des meilleurs combos franchouillard encore en activité.
Sinon comme Lolo pour "Airboules", j'aimerai bien les voir aussi.
Par contre encore une fois +1 avec le greffier angevin pour l'ex-spaceman: RAB, comme pour les Quireboys qui m'en touchent une sans réveiller l'autre (Et pour No Return c'est l'inverse, comme ça pas de jalouses! Razz ) Et Body Count....c'te blague! The Answer itou d'ailleurs! Un machin pour midinettes en chaleur. Et Faith no More.....mouep, mais vraiment No More! Jamais compris ce qu'on trouvait à ce groupe. Donc je serai allé voir Ensiferum avec le matou à coup sûr dans l'affaire. Au moins c'est festif ce groupe et ça file la banane.
Et Pour Slash avec Miles, ça vaut largement le GNR d'avant....alors je ne parle même pas de la pâle figure du line up qui tourne avec la patineuse triple Axel! D'ailleurs finalement le blem est bien là: celui qui a un caractère de diva sans le talent qui va avec....je plains ses zikos...enfin plutôt ses mercenaires...en fait non, je ne les plains pas: ils sont là pour le fric et avoir une ligne de plus sur le CV, comme ceux qui sont employés par Malmsteen d'ailleurs.
Aller j'arrête là pour mon fiel.
Sinon j'ai tout lu depuis un moment avec grand plaisir of course. santé

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/dbzik
HellCat Ze Sith Rouille
Keeper Of The Seven Keys
Keeper Of The Seven Keys


Nombre de messages : 3436
Age : 46
Localisation : Third from the Sun
Date d'inscription : 05/09/2008

MessageSujet: Re: Hellfest 2015   Mar 1 Mar - 2:05

blblbl
Que nenni : Un matou ne peut avoir mauvaise foi car il n'a ni foi ni loi. Na !

Perso, j'ai vu tout ce qui était vraiment prioritaire.
Il y avait des extras que je n'ai pas pu voir.
Et à aucun moment, je n'ai traîné à gauche ou à droite, parce que je suis bien trop fainéant pour traîner ma carcasse là où elle n'a pas lieu d'être. Razz

Les groupes français ont la fâcheuse habitude d'être programmés bien trop tôt, et là en plus, dès le vendredi.
Des jeunots, j'veux bien, mais des anciens ...

Même si on voudrait être là avant la première note, on ne contrôle pas tout.
On a chacun sa vie, ses devoirs.
Aller à un festival tel le HellFest implique de laisser les siens derrière soi en faisant (en espérant) en sorte que tout se passe pour le mieux.
C'est pour cela, qu'avec mes moyens, j'essaye de tout optimiser au maximum jusqu'à la dernière minute.
Oui, tout le monde n'est pas célibataire ou n'a pas une femme française qui a le permis, qui est autonome à 100 %.
Tout le monde n'a pas des, un parent(s) jeune(s), en excellente santé qui n'ont, n'a besoin de personne ou qui peuvent, peut compter sur d'autre(s) enfant(s) à proximité pour veiller sur eux, lui.


Pour en revenir à la zic, c'est vrai que je regrette d'avoir raté ALICE COOPER, au détriment de C.O.B.
Entre DARK TRANQUILLITY (que j'adore) et NE OBLIVISCARIS (totalement inconnu à l'époque) que BreizhJoker m'a conseillé une heure avant : J'ai misé sur le groupe que je connaissais.
J'ai écouté depuis les deux albums des Australiens : Vraiment pas mal et s'ils repassent par là :  cheers  headbang
Par contre, pour choisir entre deux groupes jamais vus : SCORPIONS vs OBITUARY, j'ai choisi de voir les vioks.
Bin ouai, si l'un d'eux clamse d'ici peu, j'aurai moins de regrets  Devil
Et puis, les poètes floridiens repasseront par là un jour ... à moins qu'ils veulent pourrir mes plans en splittant ou passant l'arme à gauche avant.
Concernant FAITH NO MORE, je ne vais rien dire de plus sinon à chacun ses goûts, ses idées.

santé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hellfest 2015   Aujourd'hui à 3:08

Revenir en haut Aller en bas
 
Hellfest 2015
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» HELLFEST 2015 RHHHHHOOOOOOO
» Hellfest 2015
» Hellfest 2015
» HELLFEST 2015 à l'affiche...
» [Live Report]Hellfest 2015

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KEEPERS OF TOMORROW :: BISTROT :: Musique :: Lives-
Sauter vers: